Skip to content

On A Tout Essaye Sur

« Isstyvore* » ? C’est un des mots que vous avez pu apprendre grâce à Isabelle Mergault, une des testeuses de l’émission On a tout essayé sur France 2. Cette émission, produite par Thierry Ardisson et Catherine Barma, a pour concept d’origine de tester les produits culturels (disques, spectacles, films...). Contacté par les producteurs pour l’animer, Laurent Ruquier a voulu élargir le concept à l’actualité. Pour l’accompagner, il a amené avec lui une partie de la bande de son émission sur Europe 1.

C’est en septembre 2000 que ce programme apparaît à l’antenne, le mardi soir en seconde partie de soirée. Il se retrouve opposé à Ciel mon mardi, qui marque le grand retour de Christophe Dechavanne sur TF1. Le succès d’audience est là et France 2 devient leader sur cette tranche horaire avec en majorité un public jeune.

Voulant confirmer ce succès, la direction des programmes de France 2 envisage de déplacer ce rendez-vous en access prime time. La tranche était sinistrée depuis quelques années et ce programme de divertissement semblait correspondre à l’image que voulait donner le service public à une heure de grande écoute. Début 2001, France 2 teste donc cette idée en diffusant un best of de l’émission à cet horaire.

C’est à la rentrée de septembre 2001 que l’émission devient quotidienne. Pendant 45 minutes, Laurent Ruquier et sa bande, élargie pour l’occasion (Isabelle Alonso, Jean Benguigui, Dan Bolender, Jean-François Derec, Maureen Dor, Franck Dubosc, Sophie Garel, Philippe Geluck, Annie Lemoine, Valérie Mairesse, Isabelle Mergault, Eric Métayer, Gérard Miller, Claude Sarraute, Ghislaine Ottenheimer et Jean-Luc Lemoine), passent toute l’actualité à la moulinette, avec des invités.

La dernière partie de l’émission a toujours été un petit jeu lié à l’actualité. Dans le Kikadikoa (2001-2004), les chroniqueurs devaient compléter une phrase. Au cours du Kikadekone (2004-2005), ils donnaient des points aux personnalités du jour. Enfin, avec le Kikavuki kikavikoi, il fallait retrouver à quelle personnalité faisait référence la photo du soir.

 

 

 

Suite à l'annonce par Laurent Ruquier de l'arrêt de l'émission On a tout essayé, sur France 2 ( site non officiel, onatoutessaye.com sur ce lien ), plusieurs chroniqueurs réguliers réagissent dans le numéro de Télé star en vente dès ce lundi.

 

L'hebdomadaire TV rappelle que si Laurent Ruquier garde la case de l'access prime time la saison prochaine, "qui dit nouveau programme dit aussi nouveaux visages".

 

Télé star pense que ceux qui risquent gros pour la suite, s'ils ne sont pas dans la nouvelle équipe, sont Caroline Diament ("Inconnue avant son arrivée chez Ruquier, cette ancienne directrice artistique d'une maison de disques pourrait avoir du mal à rebondir"), Steevy ("L'ex lofteur tête à claques doit tout à Laurent Ruquier. Si l'animateur ne le garde pas, il pourrait même perdre sa marionnette aux Guignols"), Jérémy Michalak et Elsa Fayer...

 

Ceux qui pourraient y perdre beaucoup, selon l'hebdo : Christophe Alevêque ("Certes, ses one man show fonctionnent, mais il va perdre une sacrée vitrine") et Isabelle Alonso. Cette dernière se dit triste mais comprend que Laurent n'ait pas voulu s'enfermer dans la routine. "S'il forme une nouvelle bande, je serais ravie d'en faire partie". Alevêque dit que cet arrêt ne lui fait ni chaud ni froic, son vrai travail étant artisan du spectacle et pas chroniqueur...

 

Ceux qui s'en sortiront toujours selon Télé star : Peri Cochin, Claude Sarraute, Annie Lemoine, Sophie Garel.

Peri dit comprendre sa décision et lui fait confiance pour imaginer une nouvelle émission. Elle prépare le pilote d'une émission art de vivre pour France 2.

Claude Sarraute juge la décision judicieuse car Laurent est quelqu'un qui a besoin de se renouveler.

Annie Lemoine pense qu'on aurait pu continuer un an de plus mais cette décision ne l'inquiète pas. Elle va s'épanouir dans sa passion, l'écriture.

Sophie Garel ne stresse pas pour elle et pour Laurent qui elle en est sure, va rebondir. Mais ça ne sera pas évident pour tous les chroniqueurs, ajoute-t-elle...